En août 2017, Deepl Translator, le nouveau traducteur automatique qui se nourrit de la formidable base de donnée de Linguee, fait une entrée remarquée dans la webosphère. De nombreux médias européens et américains l’ont testé et ne tarissent pas d’éloge. 

Qui se cache derrière Deepl ?

DeepL est une start-up basée à Cologne qui vient bousculer le marché de la traduction. Le lancement de son  outil de traduction automatique n’a laissé personne indifférent.

Depuis des années, géants du Web et start-up spécialisées s’affrontent, à grand renfort de communiqués triomphants, pour affirmer que leur outil de traduction automatique est supérieur aux autres. Dernier épisode en date : le lancement de DeepL, mardi 29 août, une société européenne qui revendique un service « trois fois plus performant que celui de Google ». Malgré la nouveauté du nom, elle n’est pas inconnue puisqu’elle propose déjà le dictionnaire en ligne linguee.com. (Le Monde)

Le marché de la traduction est un marché qui brasse des milliards. David vient narguer Googliat.

Le marché des services de traduction et des dictionnaires de toutes sortes représente un milliard d’euros rien qu’en Allemagne. Selon le cabinet de conseil Common Sense Advisory, ce projet générera un chiffre d’affaires d’environ 35 milliards d’euros dans le monde. On estime que 80% des entreprises industrielles allemandes ont besoin de services d’interprétation et de traduction. Selon l’Association fédérale des interprètes et traducteurs, il y a environ 40 000 interprètes et traducteurs en Allemagne. Les possibilités techniques autour des ordinateurs et des logiciels ont provoqué un grand retentissement dans l’industrie. (FAZ – traduction DeepL)

DeepL ne sort pas du néant. En fait, son fondateur, Gereon Frahling, un ancien chercheur chez Google (tiens, tiens !), est également le père de Linguee, un dictionnaire en ligne bilingue gratuit, présent sur le marché depuis huit ans et qui prend en charge une vingtaine de langues.

En entrant un mot ou une expression, Linguee propose une traduction, des synonymes et des dizaines de textes contenant l’expression recherchée. Linguee reçoit environ deux milliards de demandes de traduction par an et a, grâce à cela, accumulé un énorme trésor de données. Un trésor qui alimente le système DeepL avec des milliards de traductions.

Quels sont les atouts de Deepl ?

Un projet ambitieux

Au départ disponible gratuitement en sept langues, à savoir l’anglais, le français, l’espagnol, l’italien, le néerlandais, le polonais et l’allemand. Et depuis décembre 2018, le russe et le portugais sont venus compléter l’offre. A l’avenir, d’autres langues telles que le mandarin, le japonais seront ajoutées. Mais de nombreuses langues ne sont pas encore supportées. Par comparaison, Google Translation supporte actuellement 103 langues et Bing Translator 60.

DeepL est capable de traduire n’importe quel type de texte : une pièce de Shakespeare, un poème de Goethe, des rapports boursiers, des essais scientifiques aussi bien que des articles de journaux.  Ok me direz-vous. Mais en quoi cela vaut-il mieux que Google Translate, Bing Translator ou d’autres ?

Testez l’outil, vous verrez, il n’y a pas photo ! D’ailleurs Deepl n’a pas hésité à réaliser un blind test en août 2017.

DeepL propose aussi de traduire en un clic des fichiers Microsoft Word (.docx) et PowerPoint (.pptx). Tous les éléments du document, y compris le corps du texte, les titres, les légendes et même les notes de bas de page, sont traduits dans la langue de votre choix. Le formatage original est également conservé.

DeepL Traducteur, Google Traduction, Microsoft Traducteur et Facebook reçoivent chacun 100 phrases à traduire. Des traducteurs professionnels évaluent ensuite les différentes traductions, sans savoir de quel système de traduction en ligne ces dernières proviennent. Les testeurs choisissent DeepL trois fois plus souvent que les autres services de traduction. Voici les résultats d’un test effectué en août 2017 :

DeepL pour Deep Learning.

En 2017, l’entreprise Linguee est rebaptisée DeepL, reflétant ainsi la volonté de son fondateur de concentrer ses efforts sur la recherche dans le domaine du Deep Learning et de développer des produits sur base de réseaux neuronaux sophistiqués.

Le système s’appuie sur des années d’expérience en matière d’apprentissage machine pour le traitement du langage naturel et est capable d’entraîner ses propres réseaux neuronaux sur base de milliards de traductions de haute qualité collectées par les « Linguee Crawlers » (les algorithmes utilisés par Linguee pour collecter les traductions sur le web). (Deepl)

DeepL, champion de la NMT

Depuis deux ans, la traduction automatique neuronale (NMT) est le nouveau graal de la communauté MT (Machine Translation).

Afin d’entraîner nos réseaux neuronaux de traduction, nous avons construit un superordinateur en Islande, capable d’effectuer plus de 5 100 000 000 000 000 d’opérations à virgule flottante par seconde. Cette performance nous classerait à la 23e place dans la liste des 500 superordinateurs les plus puissants au monde.
Les performances d’un réseau neuronal dépendent de la qualité de son matériel d’entrainement. Les réseaux neuronaux de DeepL s’entrainent sur des milliards de segments de traduction de haute qualité issus du moteur de recherche de Linguee. DeepL possède ainsi un avantage décisif sur ses concurrents.  (Deepl)

Les géants technologiques ont également entamé leur transition vers NMT.  Google a bien compris l’intérêt d’utiliser les réseaux neuronaux, sur lesquels il s’appuie depuis fin 2016 pour certaines langues, traduisant des phrases entières plutôt que des suites de mots.

Les géants de la technologie Google, Microsoft et Facebook appliquent les leçons de l’apprentissage automatique à la traduction, mais une petite entreprise appelée DeepL les a tous dépassés et mis la barre plus haut encore. Son outil de traduction est aussi rapide que celui des poids lourds du secteur, mais plus précis et nuancé que tous ceux que nous avons essayés. (TechCrunch)

Le système DeepL reconnaît automatiquement la langue source. Il fonctionne comme un cerveau : non seulement il peut calculer et traiter d’énormes quantités de données, mais il peut aussi corriger ses erreurs et s’optimiser.  Deepl est équipé d’un « crawler » qui recherche sur Internet des textes bilingues, les analyse et les décompose en parties constitutives, paragraphes, paires de phrases et mots. Il les évalue en fonction de la qualité de la traduction. Il apprend avec eux.

Le secret d’une traduction machine de qualité repose entre autres sur la richesse de sa base de données. Deepl a la chance de pouvoir puiser dans la formidable base de données de Linguee.

Deepl Pro, toujours plus loin

  • Depuis mars 2018, DeepL Pro offre une API pour les développeurs, un plug-in à intégrer à des CMS comme WordPress ainsi qu’un service de traduction en ligne optimisé.
  • DeepL Pro s’adresse également aux traducteurs professionnels utilisant déjà des logiciels de TAO. Il s’intègre par exemple directement à SDL Trados Studio 2017®.
  • Les abonnés à DeepL Pro bénéficient en outre d’une excellente protection des données : leurs textes et traductions ne sont pas conservés. La confidentialité des informations transmises par les abonnés est par conséquent assurée.

Traduction automatique vs traduction humaine

Le match n’est pas nouveau, d’autant que l’enjeu économique est énorme, comme on l’a vu. La question clé que tout le monde se pose : un traducteur automatique parviendra-t-il à atteindre la qualité d’une traduction humaine ? Difficile à dire car même si la machine apprend et se perfectionne, un bon traducteur prend en compte tellement de paramètres qui n’ont rien de linguistiques.

Le contexte est souvent essentiel. Un bon traducteur professionnel traduit en fonction du client, du public cible, de la finalité de la traduction, du canal de diffusion, de l’âge du destinataire, etc. Selon les mots même du créateur de DeepL, les traducteurs ont encore 20 ans devant eux avant que la NMT ne leur fasse vraiment concurrence. En fait, ils doivent voir DeepL comme un allié plutôt que comme un concurrent. Une utilisation maline de la NMT pourrait en effet doubler leur vitesse de production.

Ce qu’en pensent les médias

  • Quel est le meilleur service de traduction en ligne ? (Le Monde)
  • DeepL schools other online translators with clever machine learning (TechCrunch)
  • Besser als Google (FAZ)
  • Deepl traduttore: dalla Germania un’alternativa a Google Translate (La Stampa)
  • ¿Cuál es el mejor servicio de traducción online? DeepL quiere desterrar a Google (ABC)

En conclusion

J’ai testé l’application dans plusieurs configurations linguistiques … et j’avoue, elle est bluffante !

Certes DeepL n’est pas parfait mais il traduit de nombreux textes bien plus intelligemment que la concurrence. Principalement parce que ce logiciel tente d’appréhender les mots dans leur contexte, tandis que les services de Google ou Bing traduisent le plus souvent mot à mot, littéralement.