Thinglink: un outil malin pour dynamiser vos photos

Vous êtes ici:||||Thinglink: un outil malin pour dynamiser vos photos

Mise à jour :

Désormais, plus besoin d’être un graphiste expert ou un as du photomontage pour donner vie et amplifier l’impact de vos illustrations.

Le partage de photos et la publicité en ligne sont des tendances qui ne vont pas s’inverser, au contraire. La quasi-omniprésence  de l’internet et l’adoption rapide des médias sociaux à l’échelle mondiale non plus. Tout comme le marketing de contenu qui cherche à enrichir toutes les formes de contenu.

Avec des milliards de photos stockées et partagées en permanence, y ajouter de nouvelles fonctionalités ouvre de nouvelles perspectives.  Dynamiser les visuels élargit notre façon d’interagir avec le contenu web. L’image devient une plate-forme d’engagement.

Bien que le concept de marquage (tagging) des photos ne soit pas nouveau – Facebook, Flickr et d’autres font cela depuis un certain temps – il y avait moyen d’enrichir la démarche en offrant plus d’informations et de possibilités de liaison. Il y avait donc un créneau à prendre pour un outil futé: Thinglink l’a fait en 2011.

En quoi ThingLink est-il innovant? Parce qu’en plus de tagger un objet dans une image et de le relier à un réseau social ou un site web, ThingLink permet d’intégrer de l’information, des vidéos et des sons à l’intérieur de l’image. Vous pouvez ainsi voir une vidéo YouTube ou écouter de la musique à partir SoundCloud en passant la souris sur une point dans une image et en cliquant sur un bouton «play».

Comment ça marche

Thinglink  permet d’ajouter de l’interaction à une simple image, en faisant apparaitre de petites infobulles cliquables. Pour chaque infobulle, vous pouvez ajouter une description et un lien.  Vous pouvez ainsi insérer des vidéos, des localisations via google maps, des sons, du texte, des badges de réseaux sociaux, et même d’autres photos, bref toutes sortes de liens…

Utiliser ThingLink est un jeu d’enfant. Il suffit de télécharger l’image de votre choix à partir de votre ordinateur, de facebook, flickr ou du web. Ensuite, vous cliquez sur un point et ajoutez un tag. Si vous ajoutez un lien vers Facebook, Twitter ou YouTube, par exemple, ThingLink classe automatiquement la balise en tant que telle. Tout ce vous devez faire, c’est de copier et coller des liens et définir les positions des étiquettes (tags) sur l’image.

Une fonctionnalité intéressante permet d‘intégrer les images ainsi créées dans n’importe quel site. Pour cela, copiez et collez le code embed dans la partie HTML de votre site, de la même manière que vous intégrez des vidéos YouTube.

Le compte de base gratuit vous permet de télécharger 50 images, de créer un onglet de page Facebook. Pour 5$/mois, le compte plus, vous permettra d’en charger 500 et d’avoir accès à des stats détaillées sur l’utilisation de vos images taggées.

Thinglink s’intègre avec la plupart des réseaux sociaux ou peut être installé sur votre ordinateur pour créer des images interactives que vous insérerez dans des présentations ou tout autre document que vous voudriez rendre interactif.

Enfin, chaque image ainsi créée dispose d’un code « embed », qui permet à n’importe quel internaute de placer l’image interactive sur son site web ou sa page facebook! Votre image devient virale puisqu’elle est partageable à l’infini… Un énorme potentiel pour votre communication sur internet !

 Quelques utilisations

ThingLink vise entre autres les commerçants et les fournisseurs car tagger des produits dans des images rend l’information plus pertinente et peut pousser les gens à acheter.  En effet, le CTR (taux de clic) des liens publicitaires présents dans des images se situe entre 1,5% et 5%, ce qui est un taux de conversion beaucoup plus élevé que les <1% des bannières publicitaires habituelles.

Voici quelques exemples d’utilisation, mais il y en a bien d’autres:

  • marketing d’affiliation: à partir d’une pub groupée (pour réduire les coûts), renvoyer vers les différents sites des commerçants d’un quartier
  • tourisme: afficher les atouts d’une région, d’un hôtel, etc. dans les photos et insérer des liens directs vers les pages de réservation, etc.
  • musique: ajouter des liens audio et vidéo au coeur même des photos d’un groupe ou d’un chanteur
  • enseignement: visualiser et contextualiser les matières enseignées – l’image ci-dessous parle d’elle-même!

En conclusion

Le principal atout de ThingLink est d’offrir des informations contextuelles sur les objets à l’intérieur des images, ce qui est bien sûr un avantage immédiat pour les professionnels.

By | 2018-04-11T19:40:31+00:00 31 août 2012|Categories: Outils graphiques|Tags: |1 commentaire

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Thinglink: un outil malin pour dynamiser vos photos

Send this to a friend