Pour comprendre l’évolution de l’homme, des entreprises et du monde, rien de tel que de sortir des livres d’économie ou de management.

Un recul indispensable et une réflexion salutaire pour aborder l’avenir plus sereinement.  

Je vous parlerai donc aujourd’hui d’un ouvrage qui a suscité l’enthousiasme et dont je recommande vivement la lecture.

 

L’auteur

Doit-on présenter Michel Serres? Historien des sciences et agrégé de philosophie, membre de l’Académie française, auteur d’une cinquantaine d’ouvrages et d’essais, il enseigne toujours, à plus de 80 ans, à l’Université de Stanford aux Etats-Unis.

Le livre

Le petit poucet de Charles Perrault laissait tomber un à un ses cailloux blancs pour retrouver son chemin. La Petite poucette de Michel Serres cherche son chemin dans un monde en pleine mutation, à coup de textos envoyés du bout des pouces. Et le changement d’ère est tel  et la « crevasse si large et si évidente que peu de regards l’ont mesuré à sa taille ».

Petite Poucette va devoir réinventer une manière de vivre ensemble, des institutions, une manière d’être et de connaître… Débute une nouvelle ère qui verra la victoire de la multitude, anonyme, sur les élites dirigeantes, bien identifiées ; du savoir discuté sur les doctrines enseignées ; d’une société immatérielle librement connectée sur la société du spectacle à sens unique …

[/one_third_last]

82 pages, cela peut sembler court pour un sujet aussi vaste.  Et pourtant, c’est déjà suffisant pour nous forcer à réfléchir.

Le livre de Michel Serres s’apparente plus au conte qu’à l’essai philosophique. Il est à prendre comme un support de réflexion et regarde l’avenir avec confiance. Il présente avec bienveillance la jeunesse qui nous entoure, si différente et si intrigante pour beaucoup. Et nous offre au passage quelques clés de compréhension.

C’est donc plus qu’un joli conte, c’est une invitation à abandonner nos vieux schémas mentaux et à faire confiance à ces jeunes qui vivent déjà dans un monde nouveau.

Avec Petite Poucette, Michel Serres tente de faire reculer la peur, génératrice de violence et d’angoisse. Son message est infiniment positif puisqu’il nous invite à voir dans ces évolutions une chance pour notre société.

« Nous sommes face à une renaissance de l’humanité »

La critique

Quelques voix chagrines s’élèvent bien entendu dans le concert de louanges quasi général. Elles ont le méritent d’ouvrir le débat et de faire valoir d’autres points de vue.  En voici deux:

L’interview

Michel Serres répond à quelques questions sur son livre.

L’extrait                       

Ces enfants habitent donc le virtuel. Les sciences cognitives montrent que l’usage de la toile, lecture ou écriture au pouce des messages, consultation de Wikipedia ou de Facebook, n’excitent pas les mêmes neurones ni les mêmes zones corticales que l’usage du livre, de l’ardoise ou du cahier. Ils peuvent manipuler plusieurs informations à la fois. Ils ne connaissent ni n’intègrent ni ne synthétisent comme nous, leurs ascendants. Ils n’ont plus la même tête.

Par téléphone cellulaire, ils accèdent à toutes personnes ; par GPS, en tous lieux ; par la toile, à tout le savoir ; ils hantent donc un espace topologique de voisinages, alors que nous habitions un espace métrique, référé par des distances. Ils n’habitent plus le même espace.

Sans que nous nous en apercevions, un nouvel humain est né, pendant un intervalle bref, celui qui nous sépare des années 1970.
Il ou elle n’a plus le même corps, la même espérance de vie, ne communique plus de la même façon, ne perçoit plus le même monde, ne vit plus dans la même nature, n’habite plus le même espace.
Né sous péridurale et de naissance programmée, ne redoute plus, sous soins palliatifs, la même mort. N’ayant plus la même tête que celle de ses parents, il ou elle connaît autrement.

Il ou elle écrit autrement. Pour l’observer, avec admiration, envoyer, plus rapidement que je ne saurai jamais le faire de mes doigts gourds, envoyer, dis-je, des SMS avec les deux pouces, je les ai baptisés, avec la plus grande tendresse que puisse exprimer un grand-père, Petite Poucette et Petit Poucet. Voilà leur nom, plus joli que le vieux mot, pseudo-savant, de dactylo.

Ils ne parlent plus la même langue. Depuis Richelieu, l’Académie française publie, à peu près tous les vingt ans, pour référence, le dictionnaire de la nôtre. Aux siècles précédents, la différence entre deux publications s’établissait autour de quatre à cinq mille mots, chiffres à peu près constants ; entre la précédente et la prochaine, elle sera d’environ trente mille. A ce rythme, on peut deviner qu’assez vite, nos successeurs pourraient se trouver, demain, aussi séparés de notre langue que nous le sommes, aujourd’hui, de l’ancien français pratiqué par Chrétien de Troyes ou Joinville. Ce gradient donne une indication quasi photographique des changements que je décris. Cette immense différence, qui touche toutes les langues, tient, en partie, à la rupture entre les métiers des années récentes et ceux d’aujourd’hui. Petite Poucette et son ami ne s’évertueront plus aux mêmes travaux. La langue a changé, le labeur a muté.

Mieux encore, les voilà devenus tous deux des individus. Inventé par saint Paul, au début de notre ère, l’individu vient de naître ces jours-ci. De jadis jusqu’à naguère, nous vivions d’appartenances : français, catholiques, juifs, protestants, athées, gascons ou picards, femmes ou mâles, indigents ou fortunés… nous appartenions à des régions, des religions, des cultures, rurales ou urbaines, des équipes, des communes, un sexe, un patois, la Patrie. Par voyages, images, Toile et guerres abominables, ces collectifs ont à peu près tous explosé.

Ceux qui restent s’effilochent. L’individu ne sait plus vivre en couple, il divorce ; ne sait plus se tenir en classe, il bouge et bavarde ; ne prie plus en paroisse ; l’été dernier, nos footballeurs n’ont pas su faire équipe ; nos politiques savent-ils encore construire un parti plausible ou un gouvernement stable ? On dit partout mortes les idéologies ; ce sont les appartenances qu’elles recrutaient qui s’évanouissent.

Ce nouveau-né individu, voilà plutôt une bonne nouvelle. A balancer les inconvénients de ce que l’on appelle égoïsme par rapport aux crimes commis par et pour la libido d’appartenance – des centaines de millions de morts –, j’aime d’amour ces jeunes gens.

Cela dit, reste à inventer de nouveaux liens. En témoigne le recrutement de Facebook, quasi équipotent à la population du monde. Comme un atome sans valence, Petite Poucette est toute nue. Nous, adultes, n’avons inventé aucun lien social nouveau. L’entreprise généralisée du soupçon et de la critique contribua plutôt à les détruire.

Rarissimes dans l’histoire, ces transformations, que j’appelle hominescentes, créent, au milieu de notre temps et de nos groupes, une crevasse si large et si évidente que peu de regards l’ont mesurée à sa taille, comparable à celles visibles au néolithique, à l’aurore de la science grecque, au début de l’ère chrétienne, à la fin du Moyen Age et à la Renaissance.

Sur la lèvre aval de cette faille, voici des jeunes gens auxquels nous prétendons dispenser de l’enseignement, au sein de cadres datant d’un âge qu’ils ne reconnaissent plus : bâtiments, cours de récréation, salles de classes, amphithéâtres, campus, bibliothèques, laboratoires, savoirs même… cadres datant, dis-je, d’un âge et adaptés à une ère où les hommes et le monde étaient ce qu’ils ne sont plus.

Trois questions, par exemple.
Que transmettre? A qui le transmettre? Comment le transmettre?