Communiquez vos belles histoires

Les cinq étapes d’une communicaiton efficace pour une PME :
créez, positivez, emballez, racontez, réseautez

  • Auteur: Philippe Crêteur
  • Broché: 144 pages
  • Editeur : Edipro
  • Édition : 11 mars 2014
  • Langue : français
  • ISBN-10: 2874962546
  • ISBN-13: 978-2874962547

Entre les entrepreneurs et la com’, il y a comme un décalage. C’est en tout cas le constat qui a inspiré la rédaction de ce livre avant tout concret, pratique.

En effet, même si la plupart des entrepreneurs affirment vouloir communiquer, ils le font généralement de manière chaotique et se déclarent peu satisfaits du résultat. Or, les clients sont en recherche d’informations et ont sous la main tous les outils pour les obtenir facilement : l’entreprise fait donc partie désormais d’un écosystème dont la dimension, via le web, est potentiellement mondiale.

La question qu’il faut se poser dans ce contexte est très simple : vais-je subir la com’ ou vais-je tenter d’en saisir toutes les opportunités ?

Source: interview de l’auteur parue dans Ecopme
Philippe Crêteur a d’abord été journaliste d’investigation pendant 18 ans dans la presse quotidienne francophone belge (Sud Presse et la Dernière Heure). De 2003 à 2015, il a ensuite mis son expérience au profit des PME innovantes installées en Région wallonne. Sa fonction de Conseiller en Communication chez InnovaTech l’a amené à assister 205 entreprises dans la mise en place d’actions de communication qui ont généré des centaines d’articles de presse, reportage TV, sujets radios.

Selon l’auteur, 5 ingrédients (ou 5 étapes) sont nécessaires pour une communication efficace :

1. Le contenu, c’est le terreau de la communication

Il se compose tout à la fois de l’entreprise, de ce que l’entrepreneur vend et, surtout, de son histoire et de ses valeurs.
Le rôle de la communication est de créer du lien.

Notre entreprise, c’est notre bébé. Son image et sa communication doivent nous correspondre et nous rendre fiers. Si nous y travaillons avec justesse, constance et cohérence, il y a un moment magique impossible à prédire dans le temps, où tout paraît plus simple et où les actions de communication créent plus d’impact que nous aurions pu imaginer.

2. L’expression est aussi importante que le contenu

D’où l’importance d’adopter une communication positive. On communique déjà par le lieu où l’on reçoit ses clients, par l’atmosphère qui s’en dégage. On communique ensuite par l’intermédiaire de ses clients qui peuvent renforcer le bouche-à-oreille autour de l’entreprise.

3. L’emballage de la communication est aussi essentiel

L’auteur aborde les éléments constitutifs de votre identité visuelle. Il vous guide aussi dans le choix d’une agence créative ou dans l’élaboration de votre budget communication. Il s’attarde ensuite sur votre développement web et l’indispensable présence sur les réseaux sociaux.

Votre message a besoin d’être conditionné (en une série de petits messages diffusés à des moments variés), d’être « designé » (par votre identité visuelle), d’être emballé (dans les beaux écrins que sont vos catalogues, vos flyers, votre site web, vos vidéos d’entreprise) et d’être configuré de manière à répondre à des situations diverses.

4. Présenter son entreprise au grand public

Pour vendre sa belle histoire à un public plus large, il faut apprendre à intéresser et parler aux journalistes. Ils sont les intermédiaires entre vous et de nouveaux publics et vous permettront de communiquer via les médias traditionnels (presse écrite, audiovisuelle, web). L’idée, c’est de communiquer souvent, avec des sujets non commerciaux, de donner du souffle à son histoire et de jouer sur la proximité. Une série d’exemples illustrent le propos.

Vous n’avez pas le droit à l’erreur : dans ce petit monde où tout va si vite, la première impression est, hélas, souvent la « bonne ».

5. Amplifier votre notoriété grâce au networking

Il faut se bouger pour communiquer. Il faut se créer des opportunités en créant des liens.
Depuis toujours, les hommes se regroupent, échangent et se soutiennent. L’être humain a compris qu’en s’alliant à d’autres, qui disposent de qualités ou de techniques différentes des siennes, il multiplie ses chances de réussite.

Communiquer par ses clients et par un lieu

Qui étaient donc les gens avec qui Christine avait envie de travailler ?

Je voulais des gens positifs qui aiment les jolies choses, qui aiment se faire plaisir, qui considèrent qu’acheter un vêtement, c’est se faire plaisir. L’endroit où j’allais le leur vendre devait donc être un peu cosy, trendy. L’accueil, le confort, l’ameublement, la musique, l’espace Déli-K, tout devait être cohérent.

  1. On communique bien sûr d’abord par le lieu où l’on reçoit ses clients, par l’atmosphère qui s’en dégage, par l’expérience qu’ils y font.

Le prix doit être en rapport avec la qualité, avec l’endroit … Il faut observer une cohérence entre les différentes variables, en ayant commencé par mettre le client au centre. Cela implique de créer sa boutique avec l’aide d’un professionnel. J’ai la compétence pour dire  « j’aime », « je souhaite », pas pour le faire. En conséquence, il fallait bien que j’en parle à des gens, à des professionnels de la décoration intérieure. Même si cela coûte de l’argent, il y a des investissements nécessaires à la réussite d’un projet ».

2. Communiquer par sa vitrine

Pour un commerce, la communication par le lieu démarre avec sa « une », au même titre que celle d’un quotidien ou d’un mensuel papier. C’est elle qui attirera le client et lui donnera envie (ou pas) de tenter l’expérience. La « Une » d’un commerce, c’est sa vitrine. Celle de Christine Selvais change toutes les trois semaines, en fonction des saisons, des événements, des thèmes, des nouvelles collections. Une vitrine qui ne change jamais, c’est le signe que vous n’avez pas grand-chose à dire. Imagineriez-vous la « une » d’un mensuel qui serait identique à celle du mois précédent ?

3. On communique ensuite par l’intermédiaire de ses clients : 

votre clientèle est à l’image de ce que vous lui offrez. « Lorsque l’expérience client est inégalée, elle suscite l’engagement personnalisé sur plusieurs canaux de communication et provoque la satisfaction, puis la fidélité, provoquant elles-mêmes des recommandations élevées de la clientèle, entraînant évidemment l’augmentation des recettes » (Performance IBM 2012).

J’ai aimé

  • Ce petit livre porte bien son nom : il raconte des  histoires et se lit presque comme une fiction.
  • Le cas de Christine, commerçante dans le prêt à porter, sert de fil rouge. Son histoire et ses pratiques devraient en inspirer plus d’un.

J’ai moins aimé

  • Les relations presse tiennent sans doute une trop grande place dans ce petit livre qui se veut générique. Mais c’est assez compréhensible de la part d’un ancien journaliste.