Art ancien revisité

Le trompe-l’œil est un genre pictural séculaire qui joue sur la confusion de la perception du spectateur et crée l’illusion de la réalité et du relief.

D’après la légende, l’origine du trompe-l’œil serait une grappe de raisin peinte par Zeuxis, tellement « vraie » que les oiseaux venaient la picorer. D’un point de vue historique, nous trouvons les premières traces de cette technique dans les fresques de Pompéi figurant des loggias ouvertes sur des jardins et présentant des éléments d’architecture (colonnes, frontons) en saillie pour créer l’illusion du relief.

Aujourd’hui le street art (art urbain) a remis cette technique au goût du jour. Il s’ingénie à détourner les mobiliers et les espaces urbains, donc l’environnement quotidien des individus, pour faire passer un message ou susciter une émotion.  Cet art, principalement éphémère, est généralement vu par un très large public  puisqu’il s’installe de préférence dans des lieux de grande affluence.


La technique du trompe-l’oeil en 3D de Julian… par LeNouvelObservateur

Marketing de rue et 3D

Vu la force de son impact sur les populations, surtout jeunes, le street art est désormais régulièrement utilisé à des fins promotionnelles.  Et parmi les techniques du street marketing – nom donné à cette forme de marketing alternatif – on retrouve l’utilisation d’une forme évoluée du trompe-l’oeil.

Cette forme de marketing joue sur la vision et l’émotion. Il interpelle en créant un décor inhabituel, un effet de relief ou une perspective inattendue.  C’est un mode de communication très efficace puisqu’il suscite maintes réactions et fait souvent sourire. Il sert avant tout à renforcer la visibilité d’une marque, à créer le buzz.

Comme jadis, le trompe-l’oeil interpelle, déconcerte, surprend.  Le passant est attiré et mémorise le message ou reconnait la marque au premier coup d’oeil.  Personne n’y reste indifférent.  Rien d’étonnant donc que cet art du détournement visuel soit pressenti pour promouvoir un produit.

Pour le plaisir des yeux, d’autres exemples à voir ici et là.

Et pour finir, signalons l’exploit de Reebok et Crossfit qui ont créé la plus grande peinture anamorphique au monde (homologuée au Guinness Book) pour une campagne de street marketing réalisée en novembre 2011 dans le quartier d’affaires de Canary Wharf, à Londres. Cette campagne  avait pour objectif de donner un nouvel élan à la pratique du fitness. Buzz garanti!