Un nouveau mal ronge le web : l’infographibésité.  Après l’infobésité (surcharge informationnelle), voici que l’obésité gagne la production graphique. Tout d’abord plébiscitées pour leur nouveauté, les infographies ont fini par envahir et polluer tout l’horizon web. Leur succès retentissant s’est vite  transformé en cauchemar. Car, sous prétexte de convaincre rapidement des internautes à l’attention extrêmement volatile, tout le monde s’est mis à créer des infographies, à la va-vite, sans réelle recherche sémantique ou statistique et le plus souvent d’une pauvreté créative affligeante.

Infographie : de quoi parlons-nous ?

En français, le terme infographie désigne, au sens large, l’ensemble de la création d’images numériques assistée par ordinateur. Cette activité liée aux arts graphiques découle de la contraction des termes informatique et graphie.

Au sens restreint, qui nous intéresse ici, Wikipedia parle d’ « infographie de presse » qui dérive du terme anglais infographics. Dans ce cas, le préfixe « info » renvoie à information plutôt qu’à informatique. Le terme est ici utilisé au sens de représentation visuelle de données complexes. Le véritable intérêt de ce type d’infographie est de condenser de grandes quantités d’informations dans une forme plus facile à assimiler et retenir.

infographies3

Une infographie est constituée de trois aspects indissociables: le visuel (la forme), les données (le contenu) et l’histoire (le message) et elle répond à trois dispositions fondamentales de la communication : la séduction, la compréhension et la rétention. La première éveille l’intérêt du public. La deuxième fait en sorte que l’information soit facile à comprendre et la troisième qu’elle soit facile à mémoriser. L’importance de chaque disposition dépend de la finalité de l’infographie : la compréhension aura la priorité dans le cas d’une présentation scientifique tandis que la séduction aura la préséance dans les infographies commerciales.

L’infographie au fil du temps

L’histoire de la visualisation des données (data visualisation) remonte à l’époque des premières cartes destinées à la navigation. Au début des années 1600, les principes fondamentaux de la mesure du temps, la distance, l’arpentage, la cartographie et la géométrie spatiale prennent forme. De ces graines germeront les représentations visuelles de données complexes.

L’infographie au service du marketing

L’infographie est une des composantes du marketing visuel moderne. Très bien adaptée à la tendance du « tout image » et aux modes de diffusion de l’information sur Internet, elle est devenue un langage web à part entière.

Il n’y a pas si longtemps, le simple fait d’indiquer

[Infographie] dans le titre d’un article augmentait le taux de clic ou de partage. Car l’infographie était un support de communication innovant, une forme inédite du marketing de contenu. À tel point que, même lorsque le contenu était insignifiant, la forme attirait..

Mais sur la « Hype Cycle » (courbe qui détermine le cycle de vie des  technologies et permet de situer l’évolution de chacune d’entre elles) les infographies plongent inexorablement vers le creux de la désillusion. C’est le moment où la plupart des gens abandonnent.

hype-cycle-618x412

De plus en plus digitales, les représentations visuelles de données adoptent aujourd’hui un format adapté aux dernières tendances web: l’infographie interactive. Souvent créée en HTML 5, elles permettent d’intégrer du son, de la vidéo, des animations à une image de fond. L’internaute a ainsi toute liberté pour consulter le contenu à son rythme.

De l’art de présenter visuellement des informations

Selon une très sérieuse étude universitaire allemande, notre temps d’attention sur le web est extrêmement court, 8 secondes (inférieur à celui du poisson rouge). C’est dire l’importance de capter le regard rapidement. Or, le cerveau humain traite 60 000 fois plus vite les images que les textes. Autrement dit,  nous collectons, interprétons et retenons mieux les informations présentées visuellement.

Par ailleurs, les visuels sont plus susceptibles d’être partagés que les contenus écrits. Mais, tout comme le bourrage de mots clés d’une page web aura peu d’effet sur les résultats de recherche, produire des infographies en masse n’apportera rien de bon non plus.

Les infographies permettent de donner du relief aux données et de les rendre plus accessibles et plus lisibles. À condition de plonger au coeur de l’information, d’en extraire le sens et la substance et de la rendre intéressante et accessible au public. Un travail préparatoire est indispensable. Compilation des données brutes, richesse de l’information et créativité graphique doivent s’allier pour créer un ensemble harmonieux mêlant technologie, contenus pertinents et effets visuels efficaces.

“Avec la visualisation de données et l’infographie, vous devez raconter quelque chose. S’il n’y a pas d’histoire, où est l’intérêt ? Le reste se résume à des données brutes.
C’est l’histoire qui vous permet de vous détacher du lot.
Si elle est facile à mémoriser et intéressante, les gens s’en souviendront.”

Il n’est donc pas question de supprimer l’infographie de notre boîte à outils. Il s’agit plutôt d’adopter les bonnes pratiques et de viser un contenu de qualité. Les raccourcis sont rares. La clé du succès de tout marketing de contenu, visuel ou éditorial, est la qualité du matériel produit.

Aujourd’hui, le nouvel eldorado  les infographies interactives atteignent leur point culminant sur la Hype Cycle.

Qualité, pertinence et viralité

Pour capter rapidement l’attention, une infographie doit reposer sur un design percutant ou innovant.  Mais attirer l’attention ne suffit pas. Il faut que le sujet en vaille la peine. Tous les contenus ne méritent pas une infographie. La grande majorité de celles qui polluent aujourd’hui la toile reposent sur des données à peine traitées ou vérifiées et elles ont peu ou pas de valeur pédagogique, ludique ou informative.

Pour produire une infographie de qualité, il faut des compétences et un savoir-faire que seuls des professionnels peuvent offrir. C’est aussi, bien souvent, un travail d’équipe qui allie la créativité d’un graphiste, rompu aux techniques de visualisation des données, aux compétences d’un analyste capable de donner sens aux data et à celles d’un éditorialiste qui saura construire une histoire séduisante, pertinente et virale.
infographics-process

Quel que soit leur contenu, les infographies sont conçues pour être virales. En ce sens, elles sont utiles pour promouvoir votre image de marque. Assurez-vous que votre marque y soit clairement reconnaissable. Car dès qu’une infographie commence à circuler sur le web, elle quitte son site source et les personnes qui la partageront n’y feront pas toujours référence. En conséquence, de nombreux utilisateurs associent l’infographie à la plateforme  -Facebook, Pinterest, blog ou autre- ou à la personne qui la présente plutôt qu’à son auteur véritable. Pensez donc à intégrer tous les liens nécessaires dans votre infographie.

Parmi les techniques de viralité qui marchent aujourd’hui: formater les sections d’une infographie en micro-contenus afin d’offrir des petites portions faciles à partager sur les médias sociaux, avec un lien vers l’image d’origine.

5 types d’utilisation des infographies

Pour beaucoup, une infographie est synonyme de visualisation de données. Pour d’autres, c’est une forme d’art conceptuel. Quoi qu’il en soit, elle revêt de nombreuses formes et est utile aux entreprises pour transmettre des connaissances ou présenter des informations à divers publics internes et externes. Voici quelques types d’application.

  1. Statistique: les données brutes sont généralement fort indigestes et difficiles à présenter en réunion. Une infographie vient à point pour visualiser et mémoriser des données complexes telles que les résultats d’une société ou l’évolution d’un secteur professionnel.
  2. Conceptualisation: les infographies les plus créatives réussissent à traduire des idées ou des concepts complexes en une métaphore visuelle. De tels visuels conceptuels sont très prisés pour former ou informer un groupe.
  3. Mode d’emploi: il n’est pas toujours aisé de décrire un processus. Les infographies aident à visualiser des procédures complexes, des workflows, des réseaux de distribution, des flux d’information, etc.
  4. Comparaison: dans certains cas, une infographie est un moyen efficace pour comparer des produits ou services, pour montrer différents scénarios.
  5. Guide: les entreprises peuvent utiliser des infographies pour agréger efficacement des informations dans un format ludique et éducatif. Elles peuvent ainsi créer des guides d’utilisation, d' »antisèche», de memento, etc.

En conclusion

Pour répondre à la question posée au début de cet article : Infographies stop ou encore, une approche nuancée s’impose.

OUI aux infographies de qualité car :

  • elles séduisent par leur savant dosage d’images, de données et de storytelling ;
  • elles captent l’attention réduite des internautes grâce à des contenus facile à scanner ;
  • elles augmentent la notoriété d’une marque et renforcent son statut d’expert ;
  • elles permettent de traiter des informations complexes de manière simple et lisible ;
  • leur potentiel viral est importantet leur popularité réelle comme l’indique les millions de requêtes Google

NON aux infographies médiocres car :

  • elles polluent la toile et ajoutent encore à l’info(graphi)bésité généralisée ;
  • elles sont contreproductives et n’apportent rien aux entreprises en termes d’image ou de réputation ;
  • elles sont peu fiables surtout si les sources et les références sont incomplètes ou absentes ;
  • quelques statistiques sous forme graphique ne constituent pas une information utile.

Bonus : outils pour créer des infographies

Le web regorge d’outils gratuits ou premium pour créer ses propres infographies. Accessibles  au plus grand nombre, ils ne sont pas pour autant gage de qualité ou de pertinence.  Les outils ne font pas tout : créer une infographie de qualité est un projet qui requiert de multiples compétences : analytique, éditoriale, graphique.

Mais si vous avez l’âme aventurière, voici quelques sites intéressants :

  • Easel.ly: choisissez l’un des 12 modèles gratuits disponibles ou partez de zéro.
  • Piktochart: outil simple pour créer des infographies en ligne ; 9 modèles dans la version gratuite mais choix nettement plus étoffé en premium (29€/mois)
  • Dipity : pour créer des lignes du temps interactives
  • Gliffy: créez vos diagrammes, schémas, plans de réseau en ligne.  Plus complexe, cet outil permet des personnalisations plus poussées.
  • Infogr.am: créez des graphiques interactifs en téléchargeant les données à partir d’Excel. 6 modèles gratuits. Son gros plus, vous pouvez créer des graphiques.
  • Visme: bel éventail de possibilités pour réaliser une belle infographie. 20 modèles libres de droit.