Créer du contenu de qualité, clé du succès en ligne.

Une bonne stratégie de marketing éditorial met en valeur vos services et votre expertise et construit la réputation de votre entreprise. Ce faisant, elle attire des prospects et crée pour vous de nouvelles opportunités commerciales. Enfin, le dynamisme  et la cohérence de votre présence web renforcera progressivement  votre relation client et accélérera le processus de fidélisation.

Maîtriser le processus d’écriture

Une écriture de qualité est le moteur de tout bon marketing de contenu. Mais avant d’être rentable et efficace, l’écriture est un processus qu’il faut maîtriser. Et cela prend du temps et demande des efforts sur le long terme. Car même les meilleurs copywriters doivent travailler. Il n’y a pas de secret … quoi que prétendent certains charlatans !

Selon une étude menée par McLuhan & Davies, une société de conseil basée à Toronto spécialisée dans la formation à la communication, voici comment les auteurs – bons et moins bons – abordent l’écriture web:

Temps consacré à :

Auteurs efficaces

Auteurs moins efficaces

Planifier

40%

20%

Écrire

25%

60%

Réviser

35%

20%

Décomposons à présent ces trois temps

1. Planifier et organiser l’écriture (40%)

  • Avant tout il s’agit d’identifier votre public, de savoir pour qui vous écrivez, et de bien cerner pourquoi vous écrivez (convaincre, informer, inspirer ou éduquer).
  • Ensuite, vous allez constamment nourrir votre écriture par une veille attentive et des lectures ciblées. Ce sont ces ressources qui vous fourniront l’information et l’inspiration pour vos articles. De nombreux outils sont à votre disposition : lecteurs de fil RSS, agrégateurs de type scoop.it, Netvibes ou Feedly, fils Twitter etc.
  • En parallèle, vous allez planifier et organiser. En d’autres termes, vous prendrez le temps de réfléchir aux thèmes que vous voulez aborder et dans quel ordre. Il ne s’agit pas d’écrire quelques articles et puis d’arrêter. Un calendrier éditorial est très utile à ce stade.
  • Enfin, pour chaque sujet, vous vous concentrerez sur un aspect essentiel. Posez-vous à chaque fois une série de questions pour affiner votre analyse et éviter de vous disperser. Assurez-vous que votre message soit clair et sans ambiguïté.

2. La rédaction du premier jet (25%)

L’écriture web est différente de l’écriture papier car la durée d’attention sur le net est beaucoup plus courte. C’est pourquoi il est recommandé d’adopter la méthode de la pyramide inversée, c’est-à-dire de commencer par les informations les plus importantes. Par exemple en résumant l’essentiel d’un article en une phrase et/ou un sous-titre.
Quelques suggestions pour vous aider à démarrer:

  • Créez un titre qui vous servira de guide.
  • Esquissez  les grandes lignes de votre article autour de quelques sous-titres, afin d’assurer la fluidité du contenu.
  • étoffez ensuite le billet d’une écriture rapide. Réservez l’édition pour plus tard. A condition d’avoir collecté et organisé les informations à l’avance (voir phase 1), vous ne devriez pas avoir trop de mal à compléter votre article.
  • La dernière étape de la création consiste à rédiger une brève conclusion et l’une ou l’autre forme d’appel à l’action.

3. Edition, révision et polissage (35%)

C’est cette dernière étape de révision et d’affinage qui transformera votre article en un document qui parle à vos lecteurs.

Rappelez-vous, 75% de votre temps est consacrée à la préparation et au montage final, contre 25% seulement pour l’écriture du contenu initial.

David Ogilvy, l’un des plus grands noms de la publicité, a déclaré:
«Je suis un mauvais rédacteur, mais je suis un bon éditeur. »

Si vous n’êtes pas un bon éditeur, trouvez quelqu’un pour relire vos billets avant de les publier. Un regard neuf qui vous dira sans détours si votre pensée s’exprime de façon claire et si l’article est pertinent.  N’hésitez pas ensuite à retravailler l’article jusqu’au moment où vous le sentez prêt à être publié.

Avant de publier

Enfin quelques points supplémentaires à régler avant chaque publication.

  • Trouvez une image pour illustrer votre article. Il existe de nombreux sites où vous pourrez télécharger des photos libres de droit. J’y reviendrai bientôt.  L’un d’eux, utilisé pour ce billet, est PhotoPin.
  • Ajoutez une question à la fin de vos messages pour mobiliser les commentaires des lecteurs et favoriser le dialogue avec eux.
  • Ajoutez un appel à l’action au bas de chaque message tel que « Voici quelques articles supplémentaires qui peuvent être d’intérêt. » Une telle démarche prolonge  leur expérience sur le site.
  • Formatez votre post pour la scannabilité. Les lecteurs en ligne ont tendance à balayer le contenu. N’hésitez donc pas à jouer sur les titres, gras, italique, les listes, les citations. Bref, utilisez tout ce qui peut donner du relief à votre contenu.
  • Diffusez votre billet sur les réseaux sociaux. Publiez, automatiquement ou manuellement, vos messages sur vos comptes Twitter, Facebook et LinkedIn, Google + etc.

En conclusion

Pour être un écrivain web efficace, vous devriez passer plus de temps à la préparation et moins de temps à l’écriture. Cela rendra votre contenu plus riche et plus attrayant!

Avez-vous d’autres conseils ou bonnes pratiques d’écriture ? Je serais heureuse de les connaître. Utilisez les commentaires ci-dessous pour en faire profiter d’autres lecteurs et rédacteurs.

Source: Traduction libre de Content Marketing: The 40-25-35 Formula for Effective Writing
Crédit Photo: Olivander via photopin cc